Infos Capoeira

Reprise des cours à partir du lundi 10 septembre 2018

 

plus d'info 

06 59 63 32 64

forum des associations

 

AVON

Samedi 8 septembre

 

DAMMARIE LES LYS 

Dimanche 9 septembre 

Mestre Pastinha 

 

Vicente Ferreira Pastinha, 1889-1981

 

"Capoeira é tudo que a boca come!"
la capoeira c'est tout ce que la bouche mange"

 

Né le 05 avril 1889 à Salvador, Mestre Pastinha a joué la capoeira pendant plus de 80 années. Son père était espagnol et sa mère africaine. Il a appris la Capoeira avec un Angolais Mestre Benedito, qui l'a connu quand il avait a peine 10 ans.

 

Il était petit garçon quand Mestre Benedito le vit une fois jouer et se bagarrer avec un garçon beaucoup plus fort que lui. Il dit à Pastinha que si il venait chez lui, il apprendrait à être "valioso". Benedito était, c'est clair, en train de parler de la Capoeira Angola ou "Engolo" comme lui même l'apellait.

A.Liberac nous apprend que "A 12 ans il part à l'école d'apprentissage des marins, il en sort à 20 ans. Quand Mestre Pastinha revient à la pratique de la Capoeira après une longue absence (1920-1940), il rencontre la capoeira angola à un autre moment, en phase de rupture avec la manière de pratiquer du passé.

Concernant la mauvaise réputation des capoeiristes d'antan il déclare:"tout ceci est le linge sale de l'histoire de la capoeira (répression de la Capoeira), mais le revolver est-il le le coupable des crimes qu'il réalise, et le couteau, les canons ? et les bombes ?" Pastinha défend une capoeira en tant que pratique culturelle qui aurait été mal utilisée."

Philosophe, a propos de cette pratique, bon nombres de ces citations deviennent célèbres :

«Angola, capoeira, mãe! Mandinga de escravo em ânsia de liberdade; Seu princípio não tem método; Seu fim é inconcebível ao mais sábio capoeirista.»

En 1941 fut crée le "Centro Esportivo de Capoeira Angola", le Ceca, qui
fonctionnait à Gengibirra, dans le quartier de Liberdade. Les manuscrits du maître sont de cette époque, en 1949 le Ceca s'etablit dans la fabrique de Savonnette Sicool, dans l'endroit connut comme Bigode, dans le quartier de Brotas, c'est là que : "les premières chemises furent faites, au Bigode, de couleurs noires et jaunes", rappelle Pastinha. en 1955 le centre sportif s'établit dans le Pelourinho, au nº 19 de la Rue Gregório de Mattos (1).

en 1964 il publia le livre “Capoeira Angola”, manuel illustré et agrémenté de ses réflexions.

En 66, il est invité avec la dél

en février 1967, il accorde une interview a Roberto Freire dans laquelle il rappelle les différentes étapes de sa vie et sa conception de la Capoeira

en 1968, Waldeloir Rego, dans son essai, rescence les toques de berimbau joués par Mestre Pastinha :

São Bento Grande
São Bento Pequeno
Angola
Santa Maria
Cavalaria
Amazonas
Iuna

en 1969, le maitre pert definitivement la vue. Mestre Pastinha meurt dans la misère et la solitude en 1981